Fandom

Art contemporain

Mehdi Belhaj Kacem

1 512pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager

Mehdi Belhaj Kacem, né en à Paris le 17 avril 1973, est un écrivain franco-tunisien, également acteur de façon plus anecdotique.

Biographie Modifier

Né à Paris le 17 avril 1973[1], Mehdi Belhaj Kacem vit une partie de son enfance en Tunisie jusque l'âge de 13 ans.

Il écrit son premier roman, Cancer, à 20 ans, il sera publié l'année suivante, en 1994. Après deux autres romans salués par la critique[2] [3], 1993 et Vie et mort d'Irène Lepic, il se tourne vers la philosophie avec L'Antéforme, Esthétique du chaos, Society et d'autres ouvrages volumineux écrits seulement en moins d'une dizaine années, et mène depuis une carrière d'essayiste et de philosophe autodidacte aussi radicale que très controversée[4].

Il fait une apparition en 1995 dans le film En avoir ou pas de Laetitia Masson, où il apparaît au générique comme Medhi Ballaj Kharem[5]. Puis il a joué comme protagoniste principal dans le film Sauvage Innocence de Philippe Garrel sorti en 2001, et qui lui inspira un texte suite à son histoire d'amour avec l'actrice principale durant le tournage du film (L'Essence n de l'amour).

EvidenZ Modifier

Après la rédaction d'Esthétique du chaos, en 1999, il crée avec d'autres auteurs la revue EvidenZ[6] afin de faire l'application concrète et collective des idées développées dans cet ouvrage. La revue était un projet communautaire politique et esthétique, qui devait interroger, à la suite de Georges Bataille (et de sa revue Acéphale) et de Maurice Blanchot la question de la communauté (questionnement que l'on retrouve chez Jean-Luc Nancy dont Mehdi Belhaj Kacem était proche). La revue connut durant presque une année une aventure commune avec la revue Tiqqun (N°1: Du désœuvrement), avant de s'ouvrir de 1999 à 2002 aux nouvelles textualités, puis de cesser sa parution, tant suite à la rupture avec Chloé Delaume qu'en raison de dissensions politiques internes[7] après les élections du 21 avril 2002. Dans son ouvrage La chute de la démocratie médiatico-parlementaire, il s'en prend notamment aux écrivains Franck Laroze[8] et Philippe Boisnard[9], anciens compagnons de route de la revue EvidenZ, qu'il y qualifie de « contre-révolutionnaires ».

Bibliographies Modifier

L'œuvre de Mehdi Belhaj Kacem peut être présentée selon deux catégories : romans et essais. Ses romans appartiennent à une première période, à l'écriture aussi moderne que poétique, voire caricaturalement moderne[10] selon Pierre Jourde et la seconde période est celle d'essais, qui traduisent une vision politique qui tend peu à peu vers une forme de maoïsme héritée de sa relation à Alain Badiou. Néanmoins, la plupart de ses ouvrages, d'accès parfois difficile en raison d'un style très prolifique, sont unanimement salués par la critique[3]: il a ainsi été sélectionné comme l'un des « Cent écrivains du XX° siècle » dans un numéro spécial hors-série de « Libération » paru à l'occasion des célébrations de l'an 2000.

Romans Modifier

Essais Modifier

Films Modifier

Références Modifier

  1. Mehdi Belhaj Kacem en six dates : articles de presse & portraits dans Libération, Le Monde, Le Matricule des anges
  2. Critique de Cancer et 1993 par Thierry Guichard dans la revue Le matricule des anges
  3. 3,0, 3,1, 3,2, 3,3 et 3,4 Ouvrages de MB Kacem avec extraits critiques sur « Lekti-ecriture.com » Extraits: Il écrit comme un diable. Il joue et jouit avec les mots. (Fabrice Pliskin, « Le nouvel Observateur », à propos de 1993) - Un flot verbal roulant somptueusement. (Michèle Bernstein, « Libération », à propos de Vie et mort d'Irène Lepic) - La prose chaotique de Mehdi Belhaj Kacem devient vivante puis virale, jusqu’à désintégration des "déchets de la signifiante". Il faut l’expérimenter. On sort de là exproprié, ravagé. Assoiffé, on relit. (Éric Loret, « Libération », à propos d'Esthétique du chaos).
  4. Article d'Emmanuel Poncet du 12 mai 2005 sur le site de la revue Technikart lors de la publication de Pop philosophie
  5. sur le site « imdb.com »
  6. Annonces d'EvidenZ n°1 sur le site « lelibraire.com » & dans « Le Monde diplomatique »
    Article sur le site « Critiques Libres » - Sommaire sur le site d'EvidenZ
    Article de Perig Pitrou sur le site « Ent’revues »; Extraits : Les auteurs d’EvidenZ s’efforcent de penser un nouveau mode d’action ne reproduisant pas les schémas des anciennes luttes politiques ou des avant-gardes.(…) De nombreux textes philosophiques s’interrogent ainsi sur les rapports entre le politique et l’esthétique.(…) À côté de ces apports théoriques EvidenZ, revue interdisciplinaire, propose une grande variété de productions, par exemple des poèmes, des récits, ainsi que des textes plus hybrides (...). Il est indéniable qu’une véritable expérimentation dans le domaine de l’écriture est menée.
  7. Controverse avec Franck Laroze: archives Technikart (par Emmanuel Poncet)
  8. Controverse avec Franck Laroze sur le site Ironie
  9. Réponse de Philippe Boisnard à La chute de la démocratie médiatico-parlementaire sur le site « Sitaudis.com »
  10. Cf. La littérature sans estomac, de Pierre Jourde, éd. L'esprit des péninsules, coll. Pocket Agora n°260, 2002 - ISBN 2-266-12620-2 -


Cette page utilise tout ou partie du contenu de Wikipédia francophone. L'original de l'article est à Mehdi_Belhaj_Kacem. La liste des auteurs se trouve dans historique. Le texte de cette page tout comme celui-ci est disponible sous Creative Commons Attribution-Share Alike License 3.0 .

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard