FANDOM


Julien Prévieux né en 1974 à Grenoble, plasticien contemporain français

Julien Prévieux vit et travaille à Paris.

Il se fait connaître à la fin des années 1990 en réalisant une vidéo surprenante où il apparaît effectuant des roulades en pleine rue pendant de longues minutes. Il poursuit ensuite ses activités dans l'absurde en publiant les lettres de non motivation qu'il envoie depuis 2000 à des entreprises pour répondre à leurs petites annonces. Il y explique avec un humour parfois non décelé les raisons qui le poussent à ne pas se présenter pour le poste proposé par ces annonces. Il est plus récemment l'auteur d'effet spéciaux volontairement ratés intégrés dans des films existants (James Bond) qu'il nomme Post-Post-Production.

Les vidéos et les photographies réalisées par Julien Prévieux à la fin des années 1990 éveillent délibérément le souvenir de certains gestes performatifs des années 1960 et 1970 : Crash Test - Mode d’emploi évoque Velocity Piece de Barry Le Va, la série photographique Pendu renvoie notamment aux chutes de Bas Jan Ader ou de Chris Burden, tandis que la vidéo Roulades convoque comiquement la performance Roll de Dan Graham. Pour autant, la citation appropriative ne semble pas en constituer l’enjeu. Julien Prévieux extrait ces gestes de l’espace symbolique de l’atelier, propice à l’allégorisation, pour les placer dans un cadre domestique ou urbain : ce faisant, il les socialise et les déplace vers une proposition comportementale, aussi incongrue qu’elle puisse apparaître au regard des quelques passants qui croisent la course du protagoniste des Roulades. Par là même, en les relocalisant dans un calme centre-ville français quelque trente ans plus tard, il les extrait de l’histoire de l’art et de sa production de mythologie. Un mouvement de dédramatisation (on peut en rire), qui permet avant tout d’affirmer : moi aussi, je peux le faire. Je suis cap’. Peu importe l’impact, l’essentiel est de participer. Ces œuvres historiques ne sont pas appropriées, mais plutôt expropriées, considérées dès lors comme des gestes sans auteur. Julien Prévieux ne substitue pas à ces figures héroïsées d’artistes sa propre figure, mais reste anonyme, simple démonstrateur. Délestées de leur portée symbolique, ces actions deviennent alors des propositions de modes d’agir, des façons d’être au monde. À chacun d’imaginer, comme on dit, la vie qui va avec. Julien Prévieux ne cherche pas à réclamer la paternité de ces actions; il se place vis-à-vis d’elles davantage en usager qu’en auteur. Pour preuve, ce plan furtif de la vidéo Roulades, où le protagoniste croise la trajectoire d’un autre rouleur, moment hautement comique mais qui signale un comportement collectif et plus seulement individuel, distinctif.

Cette position d’usager se retrouve dans ses travaux plus récents, qu’il s’agisse de Post-Post-Production ou de ses Lettres de non-motivation. Aussi différents puissent-ils paraître, ces deux travaux proposent la même possibilité d’une riposte du spectateur-supposé-passif face aux langages qui lui sont imposés, celui du spectacle de masse comme du vocabulaire d’entreprise. À l’instar du comportement du protagoniste de Crash Test - Mode d’emploi, se jetant sur les meubles et les voitures, le mode de réaction requis est la confrontation directe. Ça ne communique plus. Prenant au mot le régime de surenchère d’images, de langage ou même d’art, le jeu de Julien Prévieux consiste à ne pas se victimiser, à ne pas s’avouer vaincu, mais à renvoyer la balle aux expéditeurs. Les scrupules d’un Baldessari (« The World has too much Art, I have made too many Objects, What to do? »* ) ne sont plus de mise. À présent, c’est œil pour œil.

Le but, évidemment, de ces Lettres de non-motivation : piéger l’interlocuteur (en l’occurrence, le DRH) dans sa propre rhétorique de communication d’entreprise, le contraindre à répondre sachant que la réplique restera invariablement d’une obtuse courtoisie, fluctuant entre l’absurde réponse-type et le congédiement poli. L’attente, proche du canular, tient au potentiel comique de l’inadéquation de ces réponses à la syntaxe immuable et au vocabulaire normé, aussi hilarant que celui que peuvent procurer les logiciels de traduction automatique. Avec la même expectative, celle d’une aporie prévisible du sens au sein d’une implacable logique, Julien Prévieux a élaboré un programme de conversation entre deux ordinateurs, utilisant des logiciels de synthèse et de reconnaissance vocales. Un imperturbable charabia programmatique, pure production de bruit, pour employer la terminologie des sciences de l’information. Signe du temps, Julien Prévieux effectue un retournement du comique bergsonien, en plaquant non plus du mécanique sur du vivant, mais désormais du vivant, c’est-à-dire de l’accident, sur du mécanique.

  • Lors de la Fiac d'octobre 2007, une de ses oeuvres "Glissement" (2004) a été exposée dans les jardins des Tuileries de Paris.
  • Exposition à La Vitrine (lieu d'exposition de l'Ecole Nationale d'Arts de Paris-Cergy) du 6 décembre 2007 au 6 janvier 2008

Julien Prévieux est représenté par la Galerie Jousse Entreprise à Paris.

Voir aussi Modifier

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard