FANDOM


20px Pour les articles homonymes, voir Schuiten.
Fichier:François Schuiten 01.jpg

Le baron[1] François Schuiten (prononcer [skœj.tən]) est un dessinateur belge de bande dessinée et un scénographe, né le 13 avril 1956 à Bruxelles. Son père, Robert Schuiten, était un architecte en vue dans les années 50 et 60.

François Schuiten a reçu le Grand Prix de la Ville d'Angoulême en 2002 pour l'ensemble de son œuvre.

BiographieModifier

Fichier:Metro Paris - Ligne 11 - station Arts et Metiers 01.jpg

François Schuiten a publié sa première histoire, intitulée Mutation, dans l'édition belge de Pilote, alors qu'il n'avait que 16 ans. Il a étudié à l'atelier bande dessinée des Instituts Saint-Luc. En 1977-1980, il a collaboré aux trois volumes du 9ème Rêve d'où émergèrent les principaux artisans du renouveau de la bande dessinée belge.

Avec Claude Renard, il réalise ses deux premiers albums. Avec son frère, Luc Schuiten, il réalise la série Les Terres creuses.

Dès ses débuts en albums, Schuiten réussit à « imposer un univers fantasmatique d'une rare cohérence[2] », variation autour de motifs invariables (la construction, le vol, etc.), témoignant « de l'impérieuse nécessité d'une œuvre qui ne doit rien à l'opportunisme et qui se développe selon une logique interne plus ou moins consciemment maîtrisée ».

Il est surtout connu et reconnu pour sa série des Cités obscures, dont le scénariste est son ami Benoît Peeters. Cette série est située dans un univers parallèle au nôtre mais avec de nombreux passages vers notre monde réel. Certains artistes de notre monde sont d'ailleurs célèbres dans les Cités obscures, tels que l'architecte Victor Horta ou l'écrivain Jules Verne. Le goût du détail a poussé les auteurs à décrire les disciplines surprenantes de ce monde (comme la cryptozoologie ou la cartographie compulsive), sa faune et sa flore étranges, ses us et coutumes décalés et, surtout, son architecture obsédante, composante fondamentale de la série. Chaque cité est en effet dépeinte dans un style architectural précis ; la psychologie des personnages et le récit en sont même fortement influencés (comme l'Art Déco monumental, sa rigueur et sa stabilité pour La Fièvre d'Urbicande, l'Art Nouveau, ses tentacules végétaux et sa folie pour Les Murailles de Samaris, etc.).

Œuvres publiéesModifier

Bande dessinéeModifier

RevuesModifier

...

AlbumsModifier

  1. Carapaces, 1981
  2. Zara, 1985
  3. Nogegon, 1990
  1. Les Murailles de Samaris, 1983
  2. La Fièvre d'Urbicande, 1985.
  3. La Tour, 1987
  4. La Route d'Armilia, 1988
  5. Brüsel, 1992
  6. L'Enfant penchée, 1996
  7. L'Ombre d'un homme, 1999
  8. La Frontière invisible, deux volumes, 2002 et 2004
  9. La Théorie du grain de sable, deux volumes, 2007 et 2008
  • Plagiat ! (scénario), avec Benoît Peeters (scénario) et Alain Goffin (dessin), Les Humanoïdes associés, 1989
  • Dolorès (scénario), avec Benoît Peeters (scénario), avec Anne Baltus (dessin), Casterman, coll. « Studio (A SUIVRE) », 1991

CollectifsModifier

  • « Flipper trip », dans Le 9e Rêve, Louis Musin, 1977
  • « La Chambre », dans Le 9e Rêve, Éditions des Archers, 1979
  • « L'Épopée de Filinor von Katseff », dans Le 9e Rêve, Éditions des Archers, 1980

IllustrationModifier

François Schuiten a dessiné d'innombrables affiches, illustrations, sérigraphies et lithographies. Il a aussi réalisé une dizaine de timbres-poste pour La Poste belge. Il a également illustré un coffret long box de Gérard Manset.

Ouvrages des Cités ObscuresModifier

Prenant place dans le cycle des Cités Obscures sans être des bandes dessinées, ces ouvrages, parfois édités à tirage limité, ont été écrits par Benoît Peeters et illustrés par François Schuiten

Autres réalisationsModifier

FilmographieModifier

De 1989 à 1993, François Schuiten a travaillé avec Maurice Benayoun sur Les Quarxs, une des toutes premières séries animées en images de synthèse 3D.

Il a également collaboré à la conception visuelle de quatre films :

Avec Benoît Peeters, il a co-scénarisé deux documentaires-fiction :

François Schuiten travaille actuellement à la conception visuelle de plusieurs films, dont Mr Nobody de Jaco Van Dormael et Mars et Avril de Martin Villeneuve. Il planche également, avec son collègue Benoît Sokal, sur le scénario d'un film d'animation en images de synthèse, Aquarica, qu'ils co-réaliseront.

ScénographieModifier

François Schuiten a réalisé plusieurs scénographies, dont La ville imaginaire (Cités-Ciné Montréal), Le Musée des Ombres (présenté successivement à Angoulême, Sierre, Bruxelles et Paris), le Pavillon du Grand-Duché de Luxembourg à l'Exposition Universelle de Séville, le gigantesque Pavillon des Utopies (A planet of visions) qui a accueilli cinq millions de visiteurs à l'Exposition Universelle d'Hanovre en l'an 2000, de même que le pavillon belge à l'Exposition de Aichi en 2005.

Il a aussi scénographié l'opéra de Rossini, La Cenerentola, présenté à La Monnaie à Bruxelles et à l'Opéra de Lyon.

Il collabore en ce moment à la scénographie d'un spectacle itinérant de chevaux autour des performances de Mario Luraschi.

Aménagement intérieurModifier

François Schuiten a conçu la décoration des stations de métro Porte de Hal à Bruxelles et Arts et Métiers sur la ligne 11 du réseau parisien : recouverte de cuivre avec des hublots montrant des inventions.

Avec Benoît Peeters et l'architecte Francis Metzger, il s'est également occupé de l'aménagement du premier édifice Art nouveau du grand architecte belge Victor Horta : la Maison Autrique, devenu lieu d'expositions.

AnnexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

Notes


Références

de:François Schuiten

en:François Schuiten it:François Schuiten

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard