Fandom

Art contemporain

Critique d'art

1 512pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager
20px Pour les articles homonymes, voir Critique.
Erreur dans {{ébauche}} : le thème « art » n’est pas défini.
[[Catégorie:Wikipédia:ébauche Modèle:Ébauche/paramètres art]]
Fichier:Gabriel Cornelius von Max, 1840-1915, Monkeys as Judges of Art, 1889.jpg

La critique est l'art de juger les œuvres de l'esprit. Le critique d'art agit ainsi comme « guide du goût du public ».

HistoireModifier

Critique d’art et Salon au XVIIIe siècleModifier

Le concept de « Salon de peinture » s'est développé après la création en 1648 de l’Académie de peinture et de sculpture. C’était le moyen par lequel les officiers et académiciens de l’Académie pouvaient présenter leurs œuvres à un public [1].

On ne dispose guère d’information sur les visiteurs des Salons organisés par l’Académie, sinon une extrapolation basée sur le fait que les œuvres exposées étaient surtout destinées à « contribuer à la majesté des temples et à la magnificence des palais », donc les deux catégories très privilégiées de l’ancien régime : le clergé et la noblesse, à l’exclusion du tiers état.

Les Salons faisaient l’objet de commentaires dans Le Mercure Galant, créé en 1672, et qui deviendra plus tard Le Mercure de France. On retient surtout le nom de Diderot (1713-1784) comme commentateur avisé des Salons de l’Académie française de peinture et de sculpture, pendant plus de vingt ans (de 1759 à 1781). Mais l’histoire de l'art considère aussi Jean-Baptiste Dubos (1670-1742), dit aussi l'abbé Du Bos, comme précurseur de la critique d'art avec Réflexions critiques sur la poésie et la peinture[2] (1718-1719) ainsi que, plus tard, Étienne La Font de Saint-Yenne (1688-1771) dans Reflexions sur quelques causes de l'état présent de la peinture en France [3] (1747) et l'anglais William Hazlitt (1778-1830) et son On Pleasure of Painting (Du Plaisir de peindre) [4] (1820).

La critique d’art au XIXe siècleModifier

Après la Révolution de 1789, le musée du Louvre est créé en 1793 pour apporter à la nation un instrument de son éducation. De plus, le règlement de l’Académie est modifié : le Salon organisé par celle-ci est désormais ouvert à tous les artistes français ou étrangers, sans distinction.

Par ailleurs, à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, la liberté de la presse et les progrès techniques de l’imprimerie de textes et d’images permettent un important développement des journaux et revues illustrées. En outre, de nouveaux Salons apparaissent, faisant concurrence au Salon national de l’Académie, avec le « Salon des refusés » de 1863 en premier. Le développement de l’industrie et du commerce entraîne une augmentation de la richesse nationale qui bénéficie à un plus grand nombre de personnes, dont certaines souhaitent asseoir leur nouveau statut par l’acquisition d’œuvres d’art et recherchent de l’information pour se forger une opinion.

Au début de ce XIXe siècle, ce sont surtout des écrivains qui se font de l’argent de poche en publiant leurs commentaires. N’oublions pas qu’il n’y a qu’un seul Salon par an, celui de l’Académie de peinture et il n’est pas évident d’y trouver de quoi entretenir le public pendant toute l’année. Ainsi la revue L’Artiste, fondée en 1831, republie des textes de Diderot, notamment ceux consacrés aux Salons de 1759 et 1763. Charles Baudelaire (1821-1867), sous le pseudonyme « Baudelaire Dufaÿs », au début de sa carrière littéraire, rédige une longue étude sur le Salon de 1845, ainsi que sur celui de 1846. On rencontre également Théophile Gautier, les frères Jules et Edmond de Goncourt, Champfleury et Eugène Fromentin.

Au cours du siècle, la critique d'art s'affirmera aussi sous sa forme moderne avec Émile Zola (en parallèle à sa relation avec Paul Cézanne) et Joris-Karl Huysmans. C’est ainsi qu'elle se met progressivement en place. Mais il faut attendre la fin du XIXe siècle pour voir apparaître des journalistes spécialisés dans ce domaine. La multiplication des Salons, l’expansion des galeries d’art et le concept d’exposition thématique abordé par les musées en soutenaient le développement.

La critique d’art contemporaineModifier

L'apparition de l'art moderne et de l'art contemporain sont corollaires de la prise d'importance croissante des critiques dans le rapport entre des œuvres, parfois difficiles, voire impossible à décrypter, et le public. Les mouvements d'art, souvent accompagnés de manifestes (tel le Manifeste du Surréalisme de Breton), donnent une matière de plus en plus consistante et complexe à la pensée. L'avènement de l'art conceptuel dans les années 60 réduit - dangereusement, pour certains - la limite entre texte critique et œuvre d'art à sa limite extrême. Les revues spécialisées sont alors l'accessoire indispensable de démarches à fort contenu intellectuel. Depuis cette période, le rôle du commissaire d'exposition et du critique sont souvent interchangeables. La professionalisation des réseaux d'exposition et de vente d'art contemporain ont rendu le rôle des critiques fondamentaux pour la viabilité économique des artistes, qui bénéficient également de la couverture médiatique assurée par les attachés de presse des galeries où ils sont représentés.

Notes et référencesModifier

  1. [http://www.fernand-verhaegen.be rubrique « Chroniques artistiques »
  2. Réflexions critiques sur la poésie et la peinture
  3. Reflexions sur quelques causes de l'état présent de la peinture en France
  4. On Pleasure of Painting [Du Plaisir de peindre]

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Modèle:Étude de l'art

ca:Crítica de l'art

de:Kunstkritiker en:Art criticismfi:Taidekritiikki pt:Crítica de arte

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard