FANDOM


Albertine-Meunier.jpg

Albertine Meunier.


Cette page utilise tout ou partie du contenu de Wikipédia francophone. L'original de l'article est à Albertine_Meunier. La liste des auteurs se trouve dans historique. Le texte de cette page tout comme celui-ci est disponible sous Creative Commons Attribution-Share Alike License 3.0 .

Albertine Meunier est le nom d'artiste de Catherine Ramus depuis 2004 (Albertine s'appelait précédemment Cathbleue). Intervenant principalement dans le domaine de l'art numérique depuis 1998, elle vit et travaille à Vitry-sur-Seine.

Albertine Meunier pratique l’art numérique et l'art en réseau depuis 1998 et utilise tout particulièrement Internet comme matériau. Elle se définit elle-même comme une net artiste, artiste pas nette. Cette expression bien que légèrement désuète - un net artiste étant tout simplement un artiste de son temps - contribue à lui conférer un visage humain, bien loin de la froideur des machines numériques. Internet est devenu son matériau de création artistique et d’exploration. Elle tente dans ses recherches et pièces créées à révéler l’invisible ou la poésie des choses numériques.

Elle travaille plus particulièrement autour des grands thèmes suivants : l'esthétique de l’Internet, la matérialité et la matérialisation de l’Internet mais explore aussi l’accumulation infinie que provoque la forme numérique. Son désir de donner forme et rythme à l’invisible, à l’imperceptibilité du réseau Internet, amène un regard tout particulier où la technique et la poésie entretiennent des rapports insoupçonnés.

S’intéressant au nouveau monde qui se dessine, on constate à travers l’ensemble de sa production qu’un grand nombre de ses pièces interrogent tant l’espace que le temps, l’espace comme lieu à la fois physique et numérique, à la fois ici et là et par là même quantique ; le temps comme déroulé d’une vie et enfin l’espace et le temps comme lieu de mémoire.

Pièces artistiques Modifier

Ses travaux questionnent, autant de manière critique que ludique, les sites tels que Google, Facebook ou Freebase[1].

En 2014, elle lance avec Julien Levesque, un nouveau mouvement artistique, le DataDada. Le Manifeste DataDaDa est un texte écrit le vendredi 13 juin 2014 par Albertine Meunier et Julien Levesque, et diffusé ce même jour sur Twitter, pour le premier événement de présentation publique de DataDada à Futur en seine 2014. Par ce manifeste, Albertine Meunier et Julien Levesque exprime leur opposition à la transformation de la Data comme un simple fait numérique, et souhaite enrobée la Data de l'influence des Dada, mouvement artistique du XXe siècle. Par le biais de ce manifeste, il crée ainsi un nouveau mouvement artistique: Le DataDada. Est déclaré DataDada tout nouvelle oeuvre qui possède en elle de la data (donnée numérique) avec un grain de dadaïsme.

Toujours en 2014, elle édite le livre Les Dessous de L.H.O. révélant un ready made hack qu'elle réalise sur le Knowledge Graph de Google sur l’œuvre emblématique de Marcel Duchamp L.H.O.O.Q (via des modifications introduisant des informations fausses sur Freebase, la base de données qui sert à l'élaboration des résultats)[1].

Elle invente à cette même époque le Livre Infini, un livre entièrement blanc, dont le contenu n'apparait que lorsque l'on tourne les pages du livre. Elle propose ainsi un nouveau mode d'impression du contenu, une sorte de livre numérique qui pourrait se définir comme une impression à la volée de matières numériques, car le contenu numérique disponible sur internet est affiché automatiquement une fois la page repérée[1].

De 2009 à aujourd'hui, elle réalise un grand nombre d’œuvres artistiques connectées à Internet, de L'Angelino[2], pièce historique réalisée en 2009 qui annonce quand un ange passe sur Twitter (c'est-à-dire quand le mot ange est publié sur le site), à Au delà de 1m/s[3] en passant par Mona L.H.O qui s'intéresse de manière critique au marché de l'art, via l'indice publié de Art Price, le AMCI.

Elle s'intéresse depuis de nombreuses années aux données personnelles capturées sur tout un chacun sur Internet. Dès 2006, elle initie la pièce My Google Search History, d'abord sous la forme d'un grand inventaire textuel, sonore et vidéo, puis sous la forme d'un livre édité en 2011. On y découvre toutes les recherches qu'elle fait sur Google[1]. Un autre travail, cette fois autour des données du génome: 200 grammes d'ADN [4] critique de manière ludique la société 23andMe.

Elle est l'initiatrice de l'atelier de formation Tea Time With Albertine[5] qui deviendra le projet Hype(r)Olds, atelier internet et multimédia destiné à des femmes de plus de 77 ans.

Elle a collaboré avec les artistes Yann Le Guennec et Olivier Auber, notamment auteur du Générateur Poïétique, sur la pièce la Big Picture, permettant de suivre visuellement toutes les mises à jour des status d'amis sur Facebook, de manière collective ou individuelle.

Expositions Modifier

Les travaux d'Albertine sont montrés dans de   festivals et expositions en France et à l'étranger notamment  [6].  .

Notes et références Modifier

Voir aussi Modifier

Articles connexes Modifier

Liens externes Modifier

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard