FANDOM


Erreur dans {{ébauche}} : le thème « art » n’est pas défini.
[[Catégorie:Wikipédia:ébauche Modèle:Ébauche/paramètres art]]

L'abstraction lyrique est un mouvement artistique né à Paris après la Seconde Guerre mondiale.

À cette époque, la France cherchait à reconstruire son identité dévastée par l'Occupation et la Collaboration. Certains critiques d'art se sont emparés d'un nouveau courant abstrait pour tenter de redorer le blason artistique de Paris, qui avait occupé le rang de capitale des arts jusqu'à la guerre. On pouvait en effet assister à la sortie de cette dernière à une lutte entre Paris et la nouvelle école de peinture américaine basée à New York (Jackson Pollock, Willem de Kooning…).

Il s'oppose non seulement aux mouvements cubiste et surréaliste qui le précèdent mais encore à l'abstraction géométrique (ou "abstraction froide"). Ils sont en quelque sorte les premiers à appliquer les leçons de Kandinsky, considéré comme un des pères de l'abstraction. Une critique de l'époque tendait à montrer que l'abstraction géométrique n'avait pas grand chose d'abstrait en ce sens qu'elle exposait des figures géométriques connues et reconnues, un carré, une ligne… L'abstraction lyrique était donc vécue comme cette ouverture à l'expression personnelle de l'artiste.

De nombreuses expositions eurent lieu dans le Paris de l'après-guerre, galerie Drouin par exemple où l'on put voir Jean Le Moal, Gustave Singier et Alfred Manessier en 1946, Roger Bissière en 1947, Wols dès 1945… ou encore la galerie Conti avec Pierre Soulages ou Gérard Schneider. Un vent soufflait sur la capitale et, le sentant arriver, ce singulier personnage qu'est Georges Mathieu décida d'organiser deux expositions : L'imaginaire au palais du Luxembourg en 1947, avec Camille Bryen - figure bien connue de Saint-Germain-des-Prés, franc-tireur du surréalisme, dadaïste solitaire, poète, dessinateur, graveur et peintre - puis « HWPSMTB » (Hans Hartung, Wols, Francis Picabia, François Stahly, Georges Mathieu, Michel Tapié, Camille Bryen) en 1948. Il avait pour but d'imposer son terme d'abstraction lyrique qui devait d'ailleurs figurer en lieu et place de L'imaginaire. Puis en mars 1951 vint la grande exposition "Véhémences confrontées" chez Nina Dausset où est présenté pour la première fois cote à cote des artistes français et américains abstraits. Cette manifestation fut organisée par Michel Tapié, dont le rôle de défenseur du mouvement est de la plus haute importance. Avec ces événements, il déclara triomphalement que "l'abstraction lyrique était née". Ce fut toutefois un règne assez court (fin 1957), qui fut rapidement supplanté par le nouveau réalisme de Pierre Restany et Yves Klein.

Les autres membres les plus célèbres en sont Huguette Arthur Bertrand, Jean Bazaine, Roger Bissière, Olivier Debré, Maurice Estève, Jean Fautrier, Pierre Fichet, Oscar Gauthier, Elvire Jan, Serge Poliakoff, Nicolas de Staël, Zao Wou-Ki

Une exposition intitulée L'envolée lyrique, Paris 1945-1956, rassemblant les œuvres de 60 peintres, est présentée à Paris au Musée du Luxembourg (Sénat) en 2006.

Bibliographie Modifier

  • Sylvain Lecombre, Vivre une peinture sans tradition, dans Paris-Paris, Centre Pompidou, Paris.
  • L'Envolée lyrique, Paris 1945-1956, textes de Patrick-Gilles Persin, Michel Ragon et Pierre Descargues, Musée du Luxembourg, Paris et Skira, Milan, 2006, 280 p. (ISBN 8876246797).

Voir aussi Modifier

Liens externes Modifier

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard