FANDOM


L'École nationale supérieure des beaux-arts (Ensba) de Paris, communément nommée "Beaux-Arts de Paris" est une école d'art très prestigieuse dans le monde entier.
Il s'agit d'un établissement public national à caractère administratif relevant directement de la tutelle de l'État par l'intermédiaire du ministère chargé de la culture.

La discipline Architecture jusqu'en 1968 faisait partie intégrante de celles enseignées à l'ENSBA, le ministre de la culture d'alors André Malraux, pour rompre avec l'académisme et calmer les conflits politiques, créa des Unités Pédagogiques d'Architecture (UPA) sur tout le territoire, mais brisant l'unité des disciplines des Beaux-Arts. Les UPA ont été transformées depuis en Écoles nationales supérieures d’architecture ENSA.

Une situation exceptionnelleModifier

Sa situation historique et culturelle exceptionnelle, attirant de nombreux élèves artistes étrangers et des départements français, permet de fait, outre les cours magistraux, des études par immersion-imprégnation directe, de par la présence :

  • D'artistes renommés comme professeurs (dit "Chef d'Atelier").
  • La grande proximité de très nombreux musées d'Arts ou autres domaines.
  • L'Académie des Beaux-Arts toute proche.
  • De très nombreuses galeries d'art diverses et variées.
  • Des lieux de rencontres, les bistrots liant les jeunes artistes aux moins jeunes et aux amateurs d'arts.
  • Les "ateliers d'artistes par milliers dans Paris et alentour, c'est-à-dire la rencontre aisée avec des artistes confirmés en activité.
  • La présence de jeunes artistes du monde entier souvent déjà un peu confirmés dans leur pays.

Histoire des bâtiments Modifier

L'École des beaux-arts forme un vaste ensemble situé face au Musée du Louvre, au cœur de Saint-Germain-des-Prés, dont les bâtiments sont répartis sur plus de deux hectares, entre la rue Bonaparte et le quai Malaquais.

L'architecte François Debret (1777-1850) est chargé de la construction de nouveaux locaux. Il édifie d'abord le bâtiment des Loges, indispensable au fonctionnement des concours, et commence le Palais des études. Son élève et beau-frère Félix Duban (1797-1872) lui succède en poursuivant l'édification du Palais des études et en réalisant le bâtiment des expositions (salle Melpomène et salle Foch) donnant sur le quai Malaquais. Il a aménagé les cours d'entrée du côté de la rue Bonaparte, la chapelle et le cloître (cour du Mûrier) de l'ancien couvent. Duban a réutilisé des éléments architecturaux et décoratifs, parfois disparates, restés en place après la dispersion des collections du Musée des monuments français, donnant à l'ensemble une unité incontestable. Parmi les plus remarquables de ces « réemplois », il faut noter la présence de nombreux éléments provenant des châteaux d'Anet et de Gaillon dont l'arc, placé entre cours d'entrée et d'honneur, faisait partie intégrante de la façade principale du Palais des études et ce, jusqu'à son démontage en 1977. L'œuvre de Félix Duban se retrouve, depuis, fortement dénaturée.

C'est en 1883 que l'École connaîtra sa dernière grande extension avec l'achat de l'hôtel de Chimay et ses annexes, datant des Modèle:XVIIe s et Modèle:XVIIIe siècles, situés aux 15 et 17 quai Malaquais.

Après 1945, de nouveaux ateliers de trois étages, situés de part et d'autre de la salle dite « de la Melpomène », sont conçus par l'architecte Auguste Perret.


Après 1945, de nouveaux ateliers de trois étages, situés de part et d'autre de la salle dite « de la Melpomène », dont les halls du secrétariat, sont conçus par l'architecte Auguste Perret, étouffant les vieux bâtiments historiques, afin de tenter de satisfaire les effectifs grossissants très vite surtout à partir de 1968 (9 UP d'architecture en 1976). De nouveaux locaux furent construits sur place, puis des extirpations d'UP complètes des locaux historiques se firent dans des locaux de plus en plus éloignés et éparpillés, rue Jacques Callot Paris 6e, rue de Flandre Paris 19e. Fin des années 1970 le bâtiment d'études de la Cours des Loges fut surélevé de deux étages. Des locaux préfabriqués, même, furent installés entre le Palais des études et l'Hôtel de Chimay dans les années 1990. Le petit Atelier Historique de Georges Jeanclos, situé sur le flanc arrière droit du Palais des études fut détruit dans ces mêmes années 1990.
En 2007 cinq nouveaux ateliers ont ouverts leurs portes a St Ouen (93): des ateliers de Forge, céramique, matériaux composites, mosaïque et taille

Dans les années 1975 à 1985, le ministère de la Culture privilégiant le patrimoine fit effectuer de nombreuses restaurations des bâtiments "historique": Étant donné d'importants restes de l'ancien Musée des monuments français et du dit "Musée des Beaux-Arts" :

  • La cours "Bonaparte" comprenant nombre d'éléments muséal architecturaux.
  • Le "palais des Études", ou était situé une bonne partie du Musée d'études, sa magnifique grande verrière, les murs peints des deux escaliers magistraux et les grands corridors.
  • La "Cours du Mûrier" et ses galeries (restaurations pitoyables n'ayant pas tenues une décennie de par leur très mauvaise qualité).
  • La cour de l'hôtel de Chimay.
  • La "Chapelle", qui pendant les années 1970, contenait en réserve une partie de l'ancien "Musée des Beaux-arts", parce que le principe de l'étude par "copie" à partir d'œuvres (originaux ou "copies fidèles") fut quasiment abandonné.

PédagogieModifier

Arts plastiquesModifier

Contenu pédagogique actuelModifier

Fichier:Ensba paris 2 artlibre jnl.jpg

Les Beaux-Arts sont organisés en ateliers, contrairement à la plupart des autres écoles d'art qui fonctionnent par cours.

La durée des études à l’Ensba est de trois années au minimum, de cinq années au maximum et d' une année post-diplôme non obligatoire.

Elle se décompose en :

  • une première année pluridisciplinaire ; au cours du 1er semestre, les étudiants s’inscrivent dans un atelier, en fonction des rencontres et des échanges qu’ils auront eus avec les enseignants ;
  • deux années de formation artistique, pratique et théorique. Ce premier cycle de 3 ans est sanctionné par un diplôme ;
  • une année d’expérimentation et d’ouverture (stages, voyages) ;
  • une année de préparation du diplôme.

Depuis 2006 l' enseignement est mis au normes Européénes et l' année scolaire se décompose en 2 semestres sanctionnés par un nombre d' UC minimum obligatoire(Unitées de crédit)


Histoire de ses pédagogiesModifier

Ancienne Académie royale, elle fut une ENS, une Grande École jusqu'en 1968. L'École des Beaux-Arts était aussi une école d'architecture, puisque les quatre disciplines dites des Beaux-Arts sont académiquement la peinture, la gravure, la sculpture et l'architecture qui est traditionnellement considéré comme "le premier des beaux arts".

Les mouvements politiques et sociaux de mai et juin 1968 ont amené le ministre de la culture d'alors André Malraux, pour rompre avec l'académisme et calmer les conflits politiques a réformer très en profondeur cette Grande École. Elle fut administrativement supprimée pour la formule administrative actuelle qui sépara l'architecture des autres disciplines en créant les unités pédagogiques d'architecture (UPA) sur tout le territoire ; elles sont devenues depuis les Écoles d'architecture, puis en 2005 les Écoles nationales supérieures d'architecture.

Art-PlastiquesModifier

Les réformesModifier

De 1969 aux environs de 1985, dans les trois disciplines, Peinture - Gravure - Sculpture PGS les études se déroulaient en moyenne sur cinq années. Les étudiants étrangers déjà diplômés de l'école des Beaux-Arts de leur propre pays, dispensés de passer certaines UV (unités de valeurs) ne restaient fréquemment que deux années pour obtenir le DSAP.

Le recrutement se faisait par concours : dessin, épreuve dans la discipline choisie et surtout un dossier de travaux effectué auparavant avec entretien avec quelques professeurs de l'École, le Jury. L'ENSBA est la seule École Nationale Supérieure du réseau Beaux-Arts. Pour les ressortissants Français l'admission à l'ENSBA se prépare souvent dans d'autres écoles :

  • Beaux-Arts municipaux, régionaux (depuis le milieu des années 1970) (il n'a jamais existé d'école départementale contrairement aux Écoles normales d’instituteurs et autres)
  • Cours privés particulièrement en région parisienne.
  • Spécificité parisienne : pour les jeunes parisiens de milieux modeste, étant donné que la Ville de Paris (aberration ?), malgré une tentative avortée dans les années 1990, et les villes de banlieue n'ont jamais eu d'écoles de Beaux-Arts pour accueillir des étudiant à plein temps, ceux-ci ne pouvait accéder directement après l'enseignement général aux études des Beaux-Arts, devant de fait se rabattre sur les études d'arts appliqués. La réforme de 1969 à permis de démocratiser l'admission à l'école, d'un recrutement ultra sélectif (quelques dizaines d'élèves), l'école permis pendant une quinzaine d'année à environ 500 élèves par an d'être admis (environ 600 admis, dont 200 directement en atelier, pour 1400 postulants).

Accès au diplôme :

L'étudiant était libre de prendre le temps qui lui convenait (ceci étant très favorable aux étudiants travailleurs) pour se présenter au diplôme avec l'accord du chef d'atelier qu'il avait choisi (et qui l'avait accepté) après avoir obtenu les 11 ou 14 Unité de Valeurs (UV), selon les sections, correspondant à autant de cours magistraux ou d'atelier spécialisés, dont deux UV la première année pour être autorisé à poursuivre.
Bien que les études étaient censée officiellement se dérouler en cinq ans, comme il n'y avait pas d'"années", ni de section formalisant cela donc, l'élève artiste pouvait éventuellement de fait mener un cursus libre d'un atelier à l'autre, d'une discipline à l'autre et voire passer les différents diplômes correspondant aux différentes disciplines.
Recrutement des professeursModifier

Jusque vers 1985, le collège des Chefs d'Atelier, souvent des artistes très renommés, était recruté par cooptation externe ou interne d'anciens élèves, devenus assistants. Sous le ministère de Jack Lang le recrutement collégial fut supprimé pour un choix effectué directement par le ministère.

Diplômes délivrés Modifier

De 1969 à 1991 : Il n'y avait qu'un seul diplôme, le Diplôme Supérieur d'Art Plastique (D.S.A.P), avec mention de la discipline. Un étudiant diplômé du DSAP pouvait donc le re-passer pour les deux autres disciplines à raison d'obtenir les quelques UVs spécifiques. Jusqu'à l'ouverture des facultés d'Art-Plastiques le DSAP était le plus haut diplôme existant en pratique artistique en France, et très prisé par les étudiants-artistes étrangers. Dans les années 1990 le DSAP fut remplacé par le Diplôme National Supérieur d'Art Plastique ' D.N.S.A.P.un diplôme de 3e année, et des masters furent crées.


Les membres de l'ENSBAModifier

DirecteursModifier

Enseignants célèbresModifier

Anciens élèves célébresModifier

Liens internesModifier

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard